Fév / 04

Subprime 2, le retour.

By / Pascal Faccendini /

Cela faisait quelque temps qu’une performance hebdomadaire positive n’était pas apparue. Il serait judicieux d’en profiter pour faire respirer son portefeuille boursier, car de nouveaux orages pointent à l’horizon. Ces orages financiers sont suffisamment menaçants, pour qu’ils soient qualifiés de « Subprime 2 »…

Une hausse hebdomadaire de 2.05%, voilà qui n’était plus apparu depuis un bon moment. Alors, ça y est ? Les marchés financiers rebondissent ? Ils repartent de l’avant ? Malheureusement, rien n’est moins sûr. Les intervenants sont dans une période de « dé-stress ». Un flux important de mauvaises nouvelles et d’ordres de vente s’est abattu sur les marchés ; maintenant les choses se calment un peu, et les attentions se portent en partie sur d’autres sujets. Les décisions «historiques» prises par la FED, représentent l’un des sujets permettant aux intervenants de se focaliser sur un petit rayon de soleil, au milieu de ce ciel bien gris. Le moins que l’on puisse dire est que la FED ne fait pas dans la demi-mesure.

Depuis 1987, une telle baisse des taux n’était jamais intervenue. Une détente des taux directeurs de 125 pb en si peu de temps est réellement historique. N’allez pas imaginer que la FED va s’arrêter en si bon chemin. La porte est largement ouverte pour que les taux US soient ramenés sur des niveaux de 2%, c’est du moins le jugement des marchés. Les taux directeurs US étaient sur un niveau de 4.25%. Ils sont en ce moment à 3%, et les marchés parient sur 100 pb supplémentaires. Mais alors, l’économie américaine est vraiment très mal en point ? C’est encore plus grave qu’on ne l’imaginait ? Et puis, la BCE ne touche pas à ses taux. Mais cela va effondrer le dollar ? Hé bien oui, si la FED appuie aussi fort qu’elle peu sur les leviers dont elle dispose ; elle ne peut pas tout faire, et le constat flagrant qui saute aux yeux, c’est que la FED ne fait plus recette!!!! Le temps où le magicien de la Réserve Fédérale Américaine allait tout arranger en baissant les taux, d’un coup de baguette magique, est révolu. L’économie américaine traverse une grosse turbulence, de plus en plus avérée au fil des parutions économiques. La FED ne suffira pas à repositionner l’économie américaine sur ses rails, d’autant que de nouveaux nuages menaçants commencent à apparaître à l’horizon…… Les analystes, dans leurs obsessions bien naturelles, de vouloir comprendre et chiffrer la crise actuelle, réalisent parfois qu’ils ont totalement occulté certaines données. Ainsi au hasard d’une énorme colonne de chiffres, où en ouvrant un dossier posé là sur le dessus d’une pile, ils découvrent un «truc», qui les dérange, ou qu’ils ne comprennent pas tout de suite. Et puis, en «farfouillant» un peu plus, ils réalisent que le «truc» en question est une véritable bombe, qui était là en train de sommeiller dans cette colonne de chiffre. Ce que je suis en train d’évoquer, est l’un des nouveaux centres d’inquiétudes des marchés, que l’on commence à surnommer le nouveau « Subprime » ou « Subprime 2 ».

En effet, la crise du « Subprime » a éclaté, fragilisant la sphère de la titrisation, les banques, puis les rehausseurs de crédits, qui sont apparus comme un maillon faible de la chaîne. Mais ce qui avait été totalement occulté jusqu’à présent, c’est que cette crise prenant comme origine le retournement de l’immobilier résidentiel avait caché depuis le départ une véritable sœur jumelle, cette fois positionner sur l’immobilier de bureaux !!! Car c’est bien connu, on ne change pas une équipe qui gagne. Et les banques ont tellement gagné avec le « Subprime » sur les investisseurs privés américains, qu’elles ont voulu reproduire le système, mais cette fois en finançant l’immobilier de bureau. Et l’on est loin d’une simple vue de l’esprit. Les pertes attendues sur le « Subprimes » (à ce jour et en fonction des analystes) tournent autour de 211 milliards de dollars. Pour les CRE, il faut s’attendre à 183 milliards de dollars supplémentaires.

Allez, mettons-nous au goût du jour, après avoir appris le terme de « Subprime », il va falloir maintenant compter avec le CRE (US Commercial Real Estate). Mais de quoi parlons-nous au juste ? Les prêts CRE représentent 3 300 milliards de dollars et sont packagés sous différentes formes. De la plus classique, identifiable à ce qui est pratiqué en Europe, à la plus sophistiquée servant comme pour le « Subprime » à emboîter un carré dans un rond, c’est-à-dire, permettre le financement de dossiers infinançables. Comme pour le « Subprime » les standards de prêts se sont un peu détendus à mesure que les prix se sont appréciés et que l’accès au crédit s’est facilité. Résultat : le « Subprime 2 » est là, et menace tout autant que le «1», mais passe plus inaperçu, car la technicité spécifique de ces prêts devrait les faire apparaître un peu plus tard. Les banques européennes n’en sont pas écartées, et de nouvelles provisions devraient apparaître en 2008. Par conséquent, les intervenants restent dans l’immédiat dans l’expectative, et le léger mieux que nous avons pu observer cette semaine pourrait très bien s’estomper rapidement, d’autant que le FBI s’intéresse également au « Subprime » !

Le bureau fédéral d’investigation a ouvert plusieurs enquêtes portant sur des fraudes et des délits d’initiés au sein de 14 établissements. Les plus grandes banques de Wall Street on déjà était inspectées, et les soupçons portent sur des « mélanges douteux » entre créances saines et produits de titrisations afin d’en faciliter la commercialisation. L’affaire n’en est qu’à ses débuts et promet de nombreux rebondissements… À suivre.

© photos : Brandon Morgan

Categories : Marché financier
Pascal Faccendini