Mar / 08

La Blockchain : définition, origines et applications

By / Marketing /

Bien qu’en français on parlerait d’une chaîne de blocs, le nom le plus commun est son homonyme anglais, la blockchain. Ces dernières années, cette technologie a fait couler beaucoup d’encre. Découvrons ensemble la blockchain definition, ses origines et ses applications.


Qu’est-ce que la blockchain ?

De nombreuses blockchain definition existent. Pour faire simple, il s’agit d’une technologie de stockage et de transmission d’informations. Elle fonctionne sans aucun organe central de contrôle. C’est pourquoi elle offre à ses utilisateurs de hauts standards de transparence et de sécurité. La blockchain est une technologie qui ne cesse de gagner en popularité dans les quatre coins du monde : Europe, Chine, Hong Kong…

Tous les utilisateurs partagent simultanément la blockchain, sans intermédiation. Ces utilisateurs ont ainsi la possibilité d’y inscrire des données. Le tout, en respectant des règles spécifiques fixées par un protocole informatique très bien sécurisé grâce à la cryptographie.


Qui a créé la blockchain ?

Les origines de la première blockchain de l’histoire remontent à 1995… Cette révolution figure sur le New York Times, dans la rubrique « annonces et objets trouvés », depuis plus de 25 ans. Mais qui sont les chercheurs à l’origine de la première blockchain ?

En 1991, Stuart Haber et Scott Stornetta, chercheurs en cryptographie, posent les bases de cette révolution informatique, permettant l’horodatage des documents numériques. Ils instaurent alors un système de certification totalement décentralisé. Ce système repose sur un grand cahier libre, gratuit, infalsifiable et distribué dans le monde entier. Le tout, grâce à des méthodes de cryptographie bien précises qui empêchent l’antidatage ou l’altération de ce cahier.

Face à leur découverte, les deux chercheurs décident d’inscrire une suite de caractères cryptographiés dans la rubrique « annonces et objets trouvés » du New York Times… C’est le début de la blockchain.

En 2004, Hal Finney, informaticien, lance un système appelé RPoW (« Reusable Proof Of Work » pour « Preuve de travail réutilisable »). Ce système ingénieux a permis de créer un jeton non échangeable et possédant une signature RSA. Ce dernier pouvait être transféré d’une personne à une autre. Les professionnels de la blockchain considèrent alors que ce système est le premier « prototype » de la cryptomonnaie. Fin 2008, Satoshi Nakamoto crée le premier système de paiement électronique décentralisé de pair à pair : le Bitcoin.

En 2009, la blockhain est implémentée en tant que composant principal du Bitcoin. À noter que plusieurs monnaies virtuelles utilisent les blockchains pour leur sécurité.


Comment fonctionne la blockchain ?

Le fonctionnement de la blockchain nécessite l’utilisation d’un token (une monnaie ou un jeton) programmable. Dans un réseau blockchain, un regroupement des transactions en blocs se crée.

Grâce à une puissance de calcul algorithmique, chaque bloc est ensuite validé par les nœuds du réseau. Une fois validé, il est ajouté à la chaîne de blocs et devient visible par les utilisateurs.

Voyons comment faire des transactions d’une personne X vers une personne Y sur une technologie blockchain :

– X effectue un transfert ;

– Un bloc se forme avec l’information : « paiement de X à Y » ;

– Le réseau décentralisé est informé qu’un bloc a été créé ;

– Les participants du réseau vérifient la validation du bloc ;

– La blockchain est en charge du bloc ;

– Y devient propriétaire des fonds envoyés par X.


Les principes de la blockchain

Les grands principes de la blockchain se résument en quatre points :

– La définition des transactions ;

– Les étapes de validation par le réseau ;

– La récompense des mineurs ;

– La confidentialité.

Pour soumettre une transaction dans la blockchain, l’utilisateur a besoin de deux clés différentes. De plus, la validation est soumise à un processus nommé « minage ».


Quel est le rôle de la blockchain ?

Le rôle de la blockchain consiste à sécuriser les transactions en ligne et à fiabiliser les systèmes de paiement. Ladite technologie partage les données entre les personnes autorisées de façon sécurisée et contrôlée. Ainsi, les acteurs d’une chaîne de blocs communiquent facilement, rapidement et en toute confiance.


Les avantages de la blockchain

Les avantages de cette technologie sont nombreux. La chaîne de blocs assure une rapidité de la transaction monétaire. En effet, l’absence d’un intermédiaire permet de valider les transactions en quelques minutes. Par exemple, pour la blockchain Bitcoin, 10 minutes suffisent.

De plus, le système infalsifiable de la blockchain est à prendre en compte. Lors de la validation d’un bloc, il est impossible de le modifier ou de le supprimer. La fiabilité des données est l’un des avantages majeurs de la technologie blockchain. Par ailleurs, cette solution permet de faire des échanges de valeur sans avoir besoin de recourir à un intermédiaire.

L’aspect inviolable de la blockchain est un autre avantage non négligeable. Ainsi, le piratage de ces monnaies virtuelles qui s’appuient sur cette technologie n’existe pas depuis leur création. Comme vous avez pu le constater, les avantages de la plateforme blockchain sont nombreux, d’où son franc succès.


Bitcoin et blockchain

Le Bitcoin est indissociable de la blockchain. Pour fonctionner, cette monnaie numérique s’appuie sur ce réseau informatique sécurisé. Quand une personne envoie une quantité de Bitcoins à une autre, une chaîne de blocs enregistre la transaction. Ensuite, les mineurs valident le bloc, et ce en se basant sur plusieurs techniques cryptographiques nommées « preuve de travail ». Enfin, la personne concernée reçoit la somme envoyée. D’autres cryptomonnaies s’appuient sur les chaînes de blocs telles que Ethereum, Ripple, etc.


Quels sont les usages de la blockchain ?

En général, cette technologie s’utilise de trois manières :

– Pour transférer des actifs ;

– Pour avoir une meilleure traçabilité des actifs ;

– Pour exécuter automatiquement des contrats.


Les applications de la blockchain

La technologie est encore jeune, mais ses applications sont nombreuses. Carrefour s’appuie sur ce système pour la traçabilité des aliments. Google la propose parmi ses services de cloud. IBM a développé une technologie qui permet aux entreprises de numériser leurs transactions. Amazon Managed Blockchain facilite la création et la gestion de réseaux de chaîne de blocs évolutifs. Le service Azure Microsoft Blockchain aide à créer des réseaux de consortiums complètement managés. Les utilisations de ce système sont de plus en plus nombreuses : banques, assurances, immobilier, santé, énergie, transports, vote en ligne, etc.


Blockchain privée versus blockchain publique

Il est indispensable de comprendre la différence entre la blockchain privée et la blockchain publique.

Comme son nom l’indique, la chaîne de blocs publique est ouverte à tous. N’importe quelle personne peut choisir de participer ou d’écrire dessus. Pour la blockchain privée, c’est un réseau développé en interne, avec un accès restreint à un nombre limité d’acteurs.

Aujourd’hui, la blockchain publique s’impose et a atteint des niveaux records. Le Bitcoin et Ethereum en sont l’exemple. Toutefois, la conception d’une chaîne de blocs privée est toujours possible.


Bien que cet article essaie de couvrir la blockchain definition, tout en restant simple, il est difficile de ne rien omettre ou de tout expliquer dans le moindre détail. Ainsi, nous vous conseillons de prendre contact avec nos professionnels pour une explication plus avancée


© photos : Bence Balla

Categories : Economie, H, Marché financier
Marketing