Sep / 14

Le conflit Chine États-Unis est-il évitable ?

By / Marketing /

La page de l’Afghanistan tournée, les États-Unis semblent vouloir faire de la Chine leur priorité, avec un seul objectif : contrer leur montée en puissance.


Aujourd’hui, de plus en plus d’éléments portent à croire que le conflit Chine États-Unis se réglera autour d’un conflit armé. Or, ce dernier entraînerait des conséquences mondiales désastreuses, notamment pour les deux protagonistes.


Par conséquent, le conflit Chine États-Unis est-il encore évitable malgré la montée des tensions de ces derniers mois ? Et si ce conflit n’aboutit pas à un affrontement armé, quelle forme prendra-t-il ?


Des sources de tensions multiples à l’échelle régionale

Taïwan

Depuis plusieurs années, Taïwan est un lieu de tensions majeures entre la Chine et les États-Unis. En effet, Pékin considère que l’île fait partie de son territoire, et sous la présidence de Xi-Jinping, les manœuvres militaires visant la reconquête de Taïwan se sont multipliées.


D’autre part, les États-Unis ont un lien fort avec Taïwan. Une loi américaine oblige Washington à défendre ce petit état en cas de conflit. De plus, les États-Unis sont les principaux fournisseurs d’armes de l’île.


En août dernier, les États-Unis ont d’ailleurs vendu à Taïwan un arsenal de 40 systèmes d’artillerie. Arsenal destiné à contrer une éventuelle invasion chinoise, mais aussi et surtout à rénover l’armement taïwanais vieillissant.


La mer méridionale

La mer méridionale représente un territoire où la Chine et les États-Unis ont des intérêts inconciliables. Fin août 2021, la vice-présidente américaine Kamala Harris s’est d’ailleurs rendue dans cette région revendiquée par Pékin.


Extrêmement riche en ressources, la mer méridionale est en réalité convoitée depuis longtemps par tous ses voisins. Or, c’est la Chine qui s’est montrée la plus offensive, en déployant des militaires sur place. Par la suite, les États-Unis ont dénoncé les actions de Pékin en l’accusant de vouloir intimider ses voisins.


Le conflit Chine États-Unis qui se joue sur la scène internationale s’appuie sur de multiples autres zones de tensions. On peut penser au Tibet, région également très disputée, les îles Senkaku, ou encore à la guerre commerciale que se livrent les deux géants depuis 2018. En effet, lancée sous la présidence de Donald Trump, la liste américaine de boycott des entreprises chinoises – ou Entity List – compte désormais plus de 70 noms.


Mais derrière ces querelles diplomatiques diverses, c’est bien la remise en cause du leadership américain – jusque-là incontesté – qu’il faut considérer.


La remise en cause du leadership américain dans sa globalité

La Chine veut concurrencer les États-Unis sur tous les plans, et notamment le plan militaire.

Le renforcement de l’effort de défense chinois

La défense, c’est la spécialité des Américains. Avec 778 milliards de dollars dépensés en 2020, les États-Unis représentent 39% des dépenses militaires mondiales. Devançant ainsi la Russie, la Chine, l’Inde et le Japon, les États-Unis sont la plus grande puissance militaire du monde.


Pourtant, Pékin vise la parité avec les forces armées américaines dès 2035, puis, une supériorité pour les vaincre d’ici à 2050. Les États-Unis n’entendent pas se laisser faire et risquent bien de renchérir toujours plus, ce qui peut vite conduire à une escalade.


Piège de Thucydide, ou quand le conflit Chine États-Unis devient inévitable

Le piège de Thucydide est une théorie du politologue Graham Allison. Selon lui, le conflit armé devient inévitable dans un cas précis : lorsqu’une puissance émergente remet en cause la suprématie du leader actuel.


Le conflit Chine États-Unis semble correspondre parfaitement à ce modèle. Mais la réalité est-elle vraiment si simple ?


Comme le demande Jean-Pierre Cabestan (directeur de recherche au CNRS) dans son dernier livre, “Demain la Chine : guerre ou paix ?”


Vers un conflit armé ?

Entre manœuvres d’intimidation politiques et militaires, Chine et États-Unis semblent bien s’être engagés dans la voie du conflit. Toutefois, les deux puissances n’ont aucun intérêt à prendre les armes et à essuyer les pertes inhérentes à tout conflit armé.


Des démonstrations de force régulières

Les bras de fer entre États-Unis et Chine sont désormais monnaie courante.


Récemment, à Bangkok, des manœuvres navales réunissant les États-Unis et dix autres pays d’Asie du Sud-Est ont eu lieu. Ces démonstrations de force, sans affrontements directs, sont symptomatiques de la lutte d’influence qui opposent Chine et États-Unis en Asie et dans le monde.


Par ailleurs, début septembre 2021, les deux grands ne sont pas parvenus à un accord pour lutter conjointement contre le réchauffement climatique. La Chine estime avoir mis en place les investissements et mesures nécessaires, ce qui ne serait pas le cas selon elle des États-Unis. Ainsi, même dans le domaine de la politique environnementale mondiale, la coopération entre les deux plus grandes puissances semble compromise. 


Remporter la victoire sans combattre ?

Les États-Unis se sont embourbés dans cette logique d’affrontement avec la Chine depuis des années. Ils ont impérativement besoin d’un ennemi pour justifier leur énorme budget militaire et la place prédominante de l’armée dans la société et les institutions américaines.


De son côté, la Chine veut reconstruire l’Empire du Milieu, puissance historique déchue. Aujourd’hui, la politique chinoise anti-Washington, appuyée par la propagande du Parti, vise à reprendre la place de leader, qui vue de Pékin, est naturellement acquise à l’Empire du Milieu.


Mais l’usage des armes ne fait pas pour autant partie de la stratégie chinoise. L’héritage laissé par Sun Tzu dans l’Art de la guerre est encore bien présent :

« Remporter cent victoires après cent batailles n’est pas le plus habile.

Le plus habile consiste à vaincre sans combat. ».


En réalité, les deux puissances sont certes en conflit, mais aussi dans une profonde interdépendance. Chaque partie a besoin de l’autre pour asseoir sa domination du monde et sa légitimité. Ainsi, malgré toute l’hostilité que manifestent ces deux grandes puissances, les affrontements ne sont jamais directs. Aucune d’entre elles ne veut prendre le risque de déstabiliser son pays et le monde entier, lorsque le conflit peut se régler sans combat.


Pour conclure, un conflit armé Chine États-Unis n’est pas d’actualité. En revanche, le déclin des puissances occidentales – les États-Unis ou l’Europe-, au profit des orientaux comme la Chine ou la Russie est plus que jamais une réalité.


Un autre passage du livre de Sun Tzu incite néanmoins à la prudence :  

“Jadis, les guerriers habiles commençaient par se rendre invincibles, puis attendaient le moment ou l’ennemi serait vulnérable.

L’invincibilité réside en soi-même.

La vulnérabilité réside en l’ennemi. »


La Chine attend-elle de “se rendre invincible” et de voir les États-Unis plus “vulnérables” pour agir ? À suivre…


© photos : Martin Sanchez

Categories : Economie, H, Marché financier
Marketing